Astérix et les clichés sur les Gaulois

Gaulois Astérix

Si les aventures d’Astérix divertirent plusieurs générations de jeunes Français, l’oeuvre véhicule de nombreux clichés sur la civilisation gauloise. Ces stéréotypes ne sont cependant pas le fait des auteurs. Ces derniers ne transmirent qu’une vision archaïque des Gaulois, tels qu’on les imagine depuis le 19ème siècle.

En témoigne cette illustration issue d’un ancien manuel scolaire :

Gaulois astecingetorix

De fiers et bravaches barbares barbus  se réunissent autours de Vercingétorix.  Le druide soutient un étendard avec un sanglier et les guerriers portent des casques à cornes et à ailettes.

Nul doute que les auteurs d’Astérix, dont le nom même rime avec celui du célèbre roi, furent influencés durant leur jeunesse par cette image d’Épinal et relayèrent malgré eux ces stéréotypes.

En effet, l’oeuvre phare d’Uderzo et Goscinny fourmille d’erreurs. Voici quatre cartes interactives revenant sur ces clichés. Mais au fait… qui sont les Gaulois ?

Ils sont où les Gaulois ?

Cliquez sur les chiffres pour le savoir ! 

L’expansion des Celtes

Un départ en Tchéquie

Il semble difficile de déterminer avec certitude l'origine des Celtes. Cependant, les plus anciens artefacts attestés de cette culture se trouvent en Europe centrale et datent d'environ -1200.

La culture de Hallstatt, du nom d'un site archéologique en Autriche, constitue le premier modèle avéré d'une société celtique. L’exploitation de mines de sel assurait la prospérité aux communautés, et surtout aux aristocrates qui régnaient sur de petits royaumes éparses.

Les nobles défunts reposaient sous des monticules artificiels nommés "tumulus". Ils furent inhumés avec un important mobilier archéologique composé d'épées en fer, de chars, de bijoux et de divers objets venant parfois des contrées méditerranéennes, comme l'imposant cratère de Vix.

La guerre des Gaulois

Les Celtes émigrèrent par la suite à travers toute l'Europe. Ils parvinrent sur le territoire de la France actuelle vers le 6ème siècle avant notre ère.

Les Romains employèrent le nom de "Gaulois" pour désigner les peuples qui vécurent sur le territoire de la France et de la Belgique actuelle.

Bien que s'exprimant dans des langues voisines, vénérant les mêmes dieux et partageant un certain nombre de coutumes, les Gaulois ne furent jamais unis politiquement. Une myriade de tribus parsemait en effet le territoire.

De plus, tous les habitants de la Gaule ne parlaient pas des langages celtiques. Les Aquitains par exemple employaient des dialectes proto-basques. Les Latins les considéraient pourtant comme "Gaulois".

Nous pouvons également mentionner les colons grecs de Phocée qui édifièrent la cité de Massilia (aujourd'hui Marseille), sans oublier les Romains qui conquirent le sud de la Gaule dès le 2ème siècle avant notre ère.

Si les peuples celtiques occupaient ainsi une grande partie de la Gaule, ce terme regroupe plusieurs entités politiques, culturelles et linguistiques distinctes les unes des autres.

Les Celtibères

Les Celtes s'établirent également à l'ouest de la péninsule ibérique. Ils se métissèrent aux populations ibères locales, donnant naissance à la culture... celtibère.

Les Galates

Des Celtes partirent jusqu'en Asie Mineure : Ces derniers furent désignés sous le vocable de "Galates".

Ils se seraient également implantés sur le site de l'actuelle ville d'Istanbul, léguant leur nom au fameux quartier... du Galata.

Vous connaissez désormais l'une des origines possibles du nom du célèbre club de football !

Les 6 (ultimes) nations celtes

De nos jours, il ne subsiste plus que quelques contrées partageant un héritage linguistique et culturel celte :

.La Bretagne
.Les Cornouailles
.Le pays de Galles
.L'Irlande
.L'île de Man
.L'Écosse

La Ligue Celtique joue un grand rôle dans la coopération entre ces différents peuples, notamment par le biais de jumelages et de festivals.

Nous avons donc vu que la majeure partie des Gaulois étaient des Celtes  implantés sur le territoire de la France et de la Belgique actuelle dès le 6ème siècle avant notre ère.

Nous pouvons désormais nous intéresser plus en avant à leur société…

Le village des fous

Cliquez sur les étoiles !

Les aventures du célèbre nain moustachu débutent par un plan sur le village des Gaulois, fort éloigné des authentiques cités celtes….

Le village des fous

Une erreur, dans la pierre gravée !

Les Gaulois n'ont JAMAIS taillé de menhirs et de dolmens. Ces mégalithes furent érigés plus de 2000 ans avant l'arrivée des Celtes en France par des populations méconnues. Les alignements de Carnac dateraient par exemple... de -4000 à -3500 !

Par ailleurs, la Bretagne ne demeure pas la seule terre où se dressent ces pierres taillées. En témoigne le cromlech (menhirs disposés en cercles) des Almendres en Espagne, datant de -6000 à -3000.

Petit rappel : Nous sommes en -50 au début des aventures d'Astérix...

Un mur lamentable

Cette palissade en bois constitue une bien piètre défense !

N'oublions pas que les tribus gauloises n'étaient pas unis. Elles pouvaient entrer en guerre les unes contre les autres. Les clans édifièrent des villes fortifiées nommées "oppidum" et idéalement situées au sommet d'une colline.

Les oppida constituaient également un lieu de prestige et de pouvoir, l'aristocratie locale y étalait sa puissance en bâtissant d’impressionnants remparts.

L'aspect des enceintes varie en fonction du lieu et de l'époque. Un modèle fût cependant souvent employé durant la guerre des Gaules. Il s'agit du "murus Gallicus", qui se compose de blocs de pierres reposant sur une armature de bois et de cailloux entassés.

Se mettre au vert

Les arbres du village renvoient à la luxuriante forêt alentour.

Dans Astérix, les Gaulois vivent en harmonie avec la nature qui leur fournit toutes les ressources nécessaires à leur survie ("du sanglier par Toutatis !"). Cet espace de verdure constitue également une frontière naturelle entre le monde romain et cet ultime espace de liberté gauloise.

Oubliez cette image idyllique ! Les Gaulois détenaient certes quelques sanctuaires sylvains intouchables comme celui des Carnutes. Cependant, Ils n'hésitaient pas à déboiser des hectares de forêt pour y implanter moult champs et pâturages. La chasse étant dévolue aux aristocrates, les Gaulois vivaient des aliments produits par leurs fermes.

Un cliché qui demeure

Les habitations du village d'Astérix sont représentées en pierre ou en bois.

Cependant, les murs des bâtisses gauloises, parfois à colombages, se composaient principalement de torchis. Ce matériau de construction est constitué d'un mélange d'argile et de paille reposant sur un clayonnage en petit bois.

Notez enfin que la maison celte ne possédait pas de conduit de cheminée. La fumée de l'âtre s'échappait par une fente juste en dessous du faîtage.

La panoplie des guerriers

Cliquez sur les étoiles !

Quand les Gaulois d’Astérix partent au combat ou à l’aventure, ils revêtent une panoplie fantaisiste par rapport aux authentiques tenues des guerriers celtes.

La panoplie des guerriers

Heaume sweet heaume

Si nous associons les casques à cornes aux Vikings, ceux à ailettes renvoient inconsciemment aux Gaulois. Et pourtant, à l'instar des Scandinaves, les Celtes ne portèrent jamais de tels heaumes.

Cette confusion peut provenir de deux artefacts archéologiques.

À Ciumeşti, en Roumanie, les archéologues mirent au jour un casque celte surmonté d'un kitschissime et grandiloquent oiseau. Cette pièce demeure cependant une exception. Fort incommodant pour les combats, ce heaume d'apparat devait certainement être employé pour quelques cérémonies.

Les archéologues découvrirent également des casques celtes accompagnés de protèges joues rétractables. Ces pièces désassemblées reposaient à côté des heaumes. Certains érudits pensèrent ainsi qu'il s'agissait... d'ailettes.

Des Gaulois sans défense ?

Dans l'univers d'Astérix, les guerriers gaulois ne portent aucune protection. Pourtant, les Celtes employèrent différents types de cuirasses au fil de leur histoire.

Les plus anciennes armures celtiques connues sont en bronze et datent du début du 1er millénaire avant notre ère.

Du 5ème au 3ème siècle avant notre ère, les Celtes revêtirent une cuirasse légère inspirée des modèles grecs et nommée "linothorax".

La dernière armure fût probablement inventée par les Celtes eux-mêmes. Il s'agit ... de la fameuse cotte de mailles, en usage au sein des légions romaines jusqu'au 1er siècle de notre ère. La troisième image représente d'ailleurs un guerrier celte de l'époque de la guerre des Gaules, fort éloigné des représentations "astérixiennes" !

Tenir le haut du pavois

Tout d'abord, les Gaulois n'employaient pas de boucliers circulaires.

Ensuite, les Celtes n'ont jamais porté leur chef sur un pavois ! Cette coutume provient du peuple germanique des Francs qui envahirent le nord de la Gaule au 5ème siècle de notre ère.

Comme les autres tribus germaines, les guerriers élisaient leur roi. Lors de la cérémonie du sacre, les hommes le portaient sur un bouclier. Une manière de montrer que si le souverain s'élève au dessus de la masse, son pouvoir repose néanmoins sur ses soldats.

Une question barbante

Les Gaulois portaient-ils la moustache ?

Les avis diffèrent à ce sujet.

Une monnaie en or du 2ème siècle avant notre ère de la tribu des Parisii met en avant le buste d'un Gaulois rasée de près. En revanche, une sculpture celtique retrouvée en Bohème à la même époque représente une tête de moustachu.

Quant aux Gaulois du 1er siècle avant notre ère, Diodore de Sicile nous livre la description suivante :

"Quelques-uns se rasent la barbe et d’autres la laissent croître modérément, mais les nobles se rasent les joues, et laissent pousser les moustaches, de manière qu’elles leur couvrent la bouche. Aussi leur arrive-t-il que, lorsqu’ils mangent, les aliments s’y embarrassent, et, lorsqu'ils boivent, la boisson y passe comme à travers un filtre".

Ainsi, en fonction des classes sociales, des époques et des lieux, la moustache était tantôt à la mode, tantôt délaissée.

Une chose est certaine cependant : les Gaulois accordaient une grande importance à l'hygiène corporelle. Le mot "savon" par exemple, provient des langues celtes !

Le meilleur pour la fin

Cliquez sur les étoiles !

Les aventures d’Astérix s’achèvent toujours par un traditionnel banquet. Les Gaulois appréciaient-ils autant ripailler que le prétend la légende ?

Le meilleur pour la fin

Copains comme sangliers

Si l'on se fie aux aventures d'Astérix, nous pouvons croire que le sanglier constituait l'aliment principal des Gaulois. Plat fédérateur, tous les villageois consomment ce plat.

Comme nous l'avons déjà mentionné, la chasse était dévolue à l'aristocratie. Seuls les nobles pouvaient se repaître de la viande d'animaux sauvages, même s'ils préféraient savourer des lièvres et des cervidés.

Le peuple consommait en petite quantité la chair de bovins et d'ovins domestiques. Ces bêtes étaient surtout employées pour leur laitage.

L'agriculture abondait en Gaule. Ainsi, l'alimentation de base se composait surtout de céréales (blé, orge, avoine...), de légumineuses (lentille, pois et fèves) et de divers fruits suivant les régions.

Nous voyons que la table gauloise, certes plus modeste, était également plus complexe, variant en fonction des contrées et des origines sociales.

Et vint le vin

Les tables gauloise ne se composèrent pas uniquement de cervoises. Les archéologues mirent au jour des tessons d'amphores venant de la Méditerranée... le long des rives de la Seine !

En effet, bien avant la guerre des Gaules, les aristocrates les plus aisés se procuraient du vin de Narbonnaise ou d'Italie, ainsi que d'autres produits méridionaux.

L'importation de ces denrées exotiques et dispendieuses permettait aux seigneurs du nord de la Gaule de surprendre ses convives tout en étalant son aisance financière et son raffinement.

Ça aurait bardé !

Dans la société celtique, le barde occupe une place importante. Il ne s'agit pas d'un simple chanteur de variété pouvant être bâillonné à loisir, mais d'un lettré respecté.

Dépositaire du savoir du clan, il transmet oralement l'histoire et les contes de la tribu, chante les frasques épiques des ancêtres et des dieux et connait la généalogie, authentique ou mythique, des plus illustres familles.

la fonction de barde, à l'image de celle du druide, est donc religieuse. Lui faire subir les pires sévices et l'initier malgré lui au bondage aurait constitué un acte profane impensable.

En définitif… 

Les Celtes ne s’avéraient pas aussi hermétiques que nous pouvons le pensez aux us des peuplades méditerranéennes. Bien avant la conquête des Gaules par les Romains, les deux espaces culturels commercèrent et s’influencèrent mutuellement.

La seconde erreur, sans doute la plus importante, est d’imaginer le monde gaulois, et celtique de manière plus générale, comme un bloc monolithe (sans mauvais jeux de mot). Les Celtes ont regroupé en leur sein différentes sociétés, souvent très différentes en fonction des ères et des aires, se métissant parfois avec d’autres peuplades. En portant une vision trop étriquée sur cette civilisation, nous ne rendons pas hommage à sa richesse et sa complexité.

La Ligue Celtique emploie des mots d’une grande justesse quand elle s’exprime au sujet des nations celtes actuelles :

« Each Celtic nation is conditioned by a different history and so we must not expect uniformity of thought but instead allow diversity to express itself within the Celtic League. »

En fin de compte, cette diversité semble l’une des caractéristiques dominantes de la culture celte à travers les âges…

Pour en savoir plus
Au sujet de l'architecture celtique

Crédit photographique

Vous aimerez aussi

vik

2 reflexions sur “Astérix et les clichés sur les Gaulois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *