Istanbul, pour les clichés, c’est Byzance !

Hagia Sophia Istanbul

Hagia Sophia, Istanbul. David Spender (Flickr).

Pour vous plonger dans l’ambiance de la Sublime Porte, vous pouvez écouter deux musiques turques traditionnelles. (KarŞI Dilek Kots)

Istanbul, La Cité aux multiples noms…

Istanbul… cette ville légendaire, point de jonction entre l’Europe et l’Asie, a porté bien des noms au cours de son histoire. Le premier établissement, peuplé par des Thraces, Peuple de l’Antiquité qui vivait sur le territoire de l’actuelle Bulgarie et de la partie européenne de la Turquie aurait porté le toponyme de Lygos selon Pline L’ancien (Histoire naturelle V, 22,1). Au 7ème siècle avant JC, des Grecs, sous la tutelle d’un certain Byzas, colonisèrent le port, dès lors dénommé Byzance (Βυζάντιον). En 330, l’empereur romain Constantin rebaptisa le site Constantinople, qui signifie en grec Ville de Constantin. Cette dernière deviendra la capitale de la partie orientale de l’Empire Romain lors de sa scission en deux entités en 395.

Theodosius_I's_empire

Carte de l’Empire Romain après sa division en 395. En rouge, l’Empire Romain D’Occident avec, en noir sa première capitale, Rome, supplantée en 286 par Mediolanum (Milan), en marron. Ravenne, en vert, devint la capitale de l’Empire Romain d’Occident en 402, Milan étant trop exposé aux peuples germaniques du nord. L’Empire Romain d’Orient apparaît en violet et sa capitale, Constantinople, en jaune. Geuiwogbil (Wikimedia Commons).

Si l’Empire d’Occident s’est effondré à la fin du 5ème siècle, sa contrepartie orientale s’est maintenue jusqu’au 29 mai 1453 AP.JC / H. 857, date de la prise de Constantinople par l’Empire Ottoman.Empire fondé par des peuples turcophones. Les Turcs ne sont pas des Arabes, mais des nomades originaires de l’Asie Centrale. Ils se convertirent à l’Islam vers le 10ème siècle et fondèrent l’Empire Ottoman au 13ème siècle, se sédentarisant au gré de leurs conquêtes. Aujourd’hui, il existe encore des peuples turcophones habitant près de la Mer Caspienne, comme peut en témoigner… le Turkménistan.

Les Turcs auraient dès lors rebaptisé la Cité Istanbul. Pourtant, la Ville ne porte officiellement ce nom que depuis 1928. En effet, le toponyme de Constantinople était toujours employé par l’administration ottomane pour désigner la capitale impériale, mais sous le vocable de Kostantiniyye, ou plus précisément, dans les documents officiels :  be-Makam-ı Darü’s-Saltanat-ı Kostantiniyyetü’l-Mahrusâtü’l-Mahmiyye. J’offre l’apéro (avec ou sans alcool) au premier qui arrive à traduire cette phrase !

Cette carte postale de la fin du 19ème siècle en est un bon exemple. En bas à gauche, vous pouvez lire … Constantinople.

800px-PZ_6192_Constantinople,_Turkey,_1890s

Carte postale de Constantinople, vers 1895. Detroit Publishing Co. & Photoglob Zürich.

Istanbul s’oppose à Constantinople

Alors, d’où provient cette confusion ? Tout d’abord, d’une certaine volonté de simplifier l’histoire de La Ville. Il est plus aisé de considérer que la Cité s’amenda d’un nouveau nom à chaque fois qu’elle a changé de statut et de population. Lygos renvoie au port Thrace, tout comme le toponyme de Byzance fait allusion à la colonie grecque. Devint-elle la capitale de l’Empire Romain d’Orient ? Elle fût dès lors rebaptisée Constantinople. En suivant cette logique, il semble presque naturel de penser qu’Istanbul fût le nouveau nom de La Ville quand les Turcs la conquirent.

Ensuite, si le site portait le toponyme officiel de Kostantiniyye durant l’ère ottomane, elle revêtait également d’autres noms officieux, dont certains furent déjà employés bien avant la présence turque. En effet, l’érudit arabe du 10ème siècle Al-Mas’ûdî (علی بن حسین مسعودی), rapporte dans son Histoire du Monde que les populations autochtones surnommaient leur capitale … Stanbulin.

Ce mot provient du Grec Is tin Polin (εἰς τὴν Πόλιν), signifiant vers la Ville. Par son importance, Constantinople était désignée sous le vocable hellène de Polis,  indiquant avec une majuscule la Ville par excellence, la Reine des Cités. Pour cette même raison, Rome est surnommée L’Urbs, c’est à dire en latin, La Ville. Quand le pape donne sa bénédiction Urbi et Orbi, il fait cette grâce à l’Urbs, c’est à dire à Rome et au monde, orbus en latin.

Les Ottomans jouèrent sur les mots de cette expression. Le vocable d’Islambol apparaît sur les pièces de la capitale dès 1703 AP.JC / H. 1115 parallèlement à celui de Kostantiniyye. Islambol en Turc, signifie Où l’Islam abonde.

Islambol_1203

Détail d’une pièce de monnaie ottomane de 1789 AP.JC / H. 1203, portant le nom d’Islamboul. Merci à Adlène D.  pour sa contribution ! Severlag-Engelhardt (Wikimedia Commons)

Le nom d’Islambol/Istanbul devint populaire. Il désigna certains hauts-fonctionnaires de La Cité, comme le commandant militaire du site (İstanbul ağası), ou le titre porté par l’un de ses magistrats (İstanbul efendisi). De plus, sa forme abrégée de Stamboul désigne depuis au moins le début du 20ème siècle le quartier de la vieille ville de Constantinople.

Constantinople_late_19th_century

Carte postale de 1905 avec les noms des quartiers Galata et Stamboul. In. Delcampe.net

Istanbul s’impose face à Constantinople

En 1928, cinq ans après la chute de l’Empire Ottoman, la République Turque adopta officiellement le nom d’Istanbul. Notons que cette dernière n’est pas la capitale de la Turquie depuis la période républicaine. C’est Ankara, au centre du Plateau anatolien, qui joue ce rôle.

Les étrangers continuèrent cependant d’employer une myriade de toponymes différents pour désigner Istanbul. Les occidentaux la dénommèrent toujours Constantinople. Pour les Slaves, il s’agissait encore de Tsargrad, Царьгра̀дъ, La Ville de l’Empereur. Les Scandinaves l’appelèrent Miklagarðr, La Grande Ville. Les Perses, Kayser-i Zemin, la Place de César,  et les Arabes Rūmiyyat al-kubra, c’est à dire  La Ville des Romains.

Le 28 mars 1930, la loi sur la poste turque obligea les étrangers à employer l’unique nom d’Istanbul pour faire parvenir les courriers à La Cité. Depuis cette date, ce nom est le seul à pouvoir être officiellement utilisé pour désigner La Ville légendaire…

turkeymap

Carte de la Turquie de 1927, peu avant la réforme des signes de 1928. L’écriture employée est toujours l’arabe, mais L’ancienne capitale ottomane est déjà dénommée Istanbul, un an avant que ce nom devienne officiel. Alaaddin Matbaası.

Pour en savoir plus :

Concernant les noms d’Istanbul :

Sur l’histoire de l’Empire Romain d’Orient, improprement dénommé Empire Byzantin :

  • P. Lemerle, Histoire de Byzance, PUF, coll. « Que sais-je ? / 107 », Paris,‎ 1960, 130p.
  • Kaplan, Michel, Tout l’or de Byzance, Gallimard Découverte 104, Paris, 1991, 176p.
  • Kaplan Michel, Jean-Claude Cheynet. — Byzance, L’Empire romain d’Orient. Paris, A. Colin, 2001 (Cursus. Histoire), Cahiers de civilisation médiévale, 2004, vol. 47, n° 188, pp. 391-392.

Sur l’histoire de l’Empire Ottoman :

  • Steven Runciman, La Chute de Constantinople 1453, éd. Tallandier, Paris, 2007, 348
  • C. Finkel, The history of the Ottoman Empire, Basic Books, New-York, 2006, 704p.
  • JF. Solnon, Le Turban et la Stambouline – L’Empire ottoman et l’Europe, affrontement et fascination réciproques, éd. Perrin, Paris, 2009, 626p.
Vous aimerez aussi :

Grèce 1-3

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *