Le moustique, par la lumière attiré ?

Moustique tigre

Moustique tigre en train de piquer sa victime. Wikilmages (Pixabay).

Le retour des moustiques sanglants…

L’été arrive ! Avec lui, le soleil, les vacances et les apéros-grillades. Seul inconvénient :  les moustiques. Émergeant de leur diapause hivernale, État de l’insecte en hiver, durant lequel l’animal réduit ses activités au maximum et cesse de se développer. ils sont désormais en quête de nourriture, pour notre plus grand malheur…

Toutefois, les moustiques ne sont pas exclusivement hématophages. Qui se nourrit de sang. Ces animaux apprécient également le nectar des fleurs, et notamment les mâles qui ne piquent pas.

800px-Mosquito_on_Flower

Moustique se servant de sa trompe pour atteindre le nectar des fleurs. Abhishek Mishra (Wikimedia Commons).

En effet, seule la femelle se gorge de sang. Elle y trouve les protéines nécessaires au développement de ses œufs.

Pour que le sang ingéré demeure liquide et n’obstrue pas sa trompe, l’insecte injecte sa salive anticoagulante dans le vaisseau de sa cible. Face à l’introduction de cette substance étrangère, l’organisme de la victime développe des anticorps. De là proviennent les si désagréables démangeaisons.

800px-Anopheles_stephensi

Une femelle moustique gorgée de sang. Notez la gouttelette s’échappant de son abdomen. Une fois l’opération terminée, l’insecte évacue une petite fraction du sang ingurgité pour faire de la place à d’autres aliments. Jim Gathany, CDC’s Public Health Library, ID. #5814.

Lumière sur les insectes

Nous tentons par tous les moyens de nous prémunir de ces piqûres. Nous pensons par exemple que la lumière attire les moustiques et qu’éteindre les lampes le soir diminuerait le risque de se faire piquer.  Ce propos se révèle infondé : nous avons autant de « chance » d’être la victime de ces bêtes vampiriques, avec ou sans ampoules allumées.

Certes, nous pensons à ces réverbères autour desquels volent frénétiquement de nombreux insectes. En fait, certaines espèces s’orientent la nuit par rapport à la lune. Hélas, ces animaux confondent l’astre avec les éclairages artificiels. Désorientés, ils tournent autour de ces lampadaires jusqu’à mourir d’épuisement…

Amusez-vous à inventorier les bestioles qui voltigent à proximité de ces luminaires. Vous n’y décélérez pas un seul moustique.

lampadaire

Lampadaire à Davao City, avec de nombreux insectes aux alentours. Dbgg1979 (Flickr).

Ces derniers sont effectivement photosensibles. Leurs yeux à facettes leur permettent de bénéficier d’un large champ de vision panoramique à 220°.  Cependant, les moustiques se révèlent incapables de voir au-delà d’un mètre cinquante. Habitués à vivre dans les endroits sombres, Les moustiques se réfugient dans les caves ou les grottes en hiver. De plus, certaines espèces ont colonisé les milieux souterrains. En témoigne le moustique Arachnocampa luminosa, dont la larve est bioluminescente. (Photo : Mnolf, Wikimedia Commons). Arachnocampa_luminosa_larvae cet animal a développé un autre sens … l’odorat.

Le moustique, un odorat des plus fins

La femelle en quête de sang ne va pas compter sur sa vue pour accomplir sa tâche, mais sur ses deux antennes recouvertes de soies que vous voyez à côté des yeux. Ces organes permettent à l’animal de déceler de nombreuses odeurs. En effet, le moustique va repérer sa proie … grâce aux senteurs de sa future victime.

morphologic-features-displayed-on-the-exoskeletal-surface-of-an-anopheles-gambiae-mosquitos-anterior-head-region-725x493

Tête d’un moustique de l’espèce anophèle. Janice Carr, Paul Howell, USCDCP.

La bête est d’abord sensible au dioxyde de carbone émit par la respiration de sa cible jusqu’à 30 mètres de distance, puis aux différents acides générés par la transpiration. D’autres effluves peuvent attirer ces insectes, comme les vapeurs d’alcool, l’haleine, voir des exhalaisons  que seuls les moustiques sont capables de déceler…

L’entomologiste Willem Takken s’est livré à de nombreuses expériences sur les senteurs attirant les moustiques. Ils semblent particulièrement apprécier les odeurs fortes, notamment celle émise par la bactérie brevibacterium, que nous retrouvons aussi bien dans certains fromages… que dans les pieds qui sentent mauvais. Oui, les pieds qui puent feraient venir les moustiques, ou du moins quelques espèces.

À chacune d’entre elles, ses senteurs de prédilection. Les anophèles, par exemple, seraient attirées par … les vapeurs de bière.

k8747-19

Moustique attiré par l’odeur de Limburger, un fromage des Pays-Bas dans lequel abonde la bactérie brevibacterium. Peggy Greb, USDA – K8747-19.

De plus, ces bêtes piquent plus facilement les individus dégageant une  chaleur corporelle idéale, ni trop élevée, ni trop froide, comprise entre 30°-37°C. Enfin,  vous ne serez pas d’avantage la cible des moustiques si votre sang est sucré ! Ces insectes se révèlent incapable de déceler une telle information.

Niveaux bonus

Point d’anthropocentrisme…
Pour vous remonter le moral, sachez que les humains ne constituent pas les principales victimes des moustiques. De nombreuses espèces se nourrissent exclusivement du sang des oiseaux. Les mammifères constituent les secondes cibles. Viennent enfin les reptiles et les amphibiens.

Chironius_scurrulus_(Yasuni)_(cropped)_with_mosquitoes

Moustiques piquant un Chironius scurrulus.  Quel bonheur de posséder des bras pour pouvoir se gratter ! Yasuni (Wikimedia Commons).

Tuez les tous,  le dieu moustique reconnaîtra les siens !

Si vous détestez toujours autant les moustiques malgré cette information, vous devriez songer à voyager en Finlande. Ce pays organise chaque année… le championnat du monde d’écrasement de moustiques à Pelkosenniemi. Véritable plaie en été à cette latitude, le but est de tuer un maximum de ces insectes en moins de 5 minutes, sans utiliser d’instruments ou de produits chimiques. Le record est détenu par Henri Pellonpää, avec 21 moustiques éliminés en 2005.

Les Estoniens voisins semblent également pratiquer ce sport avec une grande assiduité, comme peut en témoigner cette vidéo.

Ne les écrasez pas tous, ceux là sont innocents !

Il est pourtant vain d’éliminer tous les moustiques que nous croisons ! Comme nous l’avons déjà dit, le mâle se nourrit exclusivement de nectars. Seules les femelles se régalent de sang car elles y trouvent les protéines nécessaires pour le développement de leurs œufs.

Ainsi, si vous tomber nez-à-trompe sur un moustique masculin, inutile de tuer cet hère inoffensif.  Le reconnaître s’avère aisé. Ses antennes ressemblent à deux sapins sans leurs feuilles.

447px-Mosquito_gender_en.svg

Dessin de LadyofHats (Wikimedia Commons).

male moustique

Un moustique mâle. Nous y distinguons ses antennes caractéristiques. Enrique Dans (Flickr).

Ne vous acharnez pas non plus contre la tipula. Cet insecte, pourtant proche des moustiques, ne pique pas, mâles et femelles confondus. Vous la reconnaîtrez à sa taille, bien plus imposante que celle du moustique.

Tipula_paludosa

Tipula Paludosa. Neurovelho (Wikimedia Commons).

Pour en savoir plus
Vous aimerez aussi

tardigradejeu photo

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *